Titres
Hearts that strain / Jake Bugg, comp., guitare, chant
Description
1 disque compact (36 min) + 1 brochure
Références
Télérama No.3530 p.64 du 06/09/2017
 
Rock & Folk No.602 p.80 du 19/09/2017
 
RollingStone No.97 p.84 du 28/08/2017
 
Magic No.206 p.39 du 08/09/2017
Notes
Textes des chansons
Contenu
How soon the dawn ; Southern rain ; In the event of my demise ; This time ; Waiting / Noah Cyrus ; The Man on stage ; Hearts that strain ; Burn alone ; Indigo blue ; Bigger lover ; Every colour in the world
Inf. locale
l'artiste originaire de Nottingham a conçu Hearts That Strain comme un tout, le résultat d'une aventure du côté des États-Unis autour d'un cercle de musiciens et de producteurs de renom. Jake Bugg a notamment travaillé aux côtés de Dan Auerbach (Black Keys), David Ferguson (Johnny Cash) ou Matt Sweeney (Zwan). Contrairement à ses habitudes, Jake Bugg a passé du temps dans le même studio, travaillant avec les mêmes personnes, autour d'un même son, fil rouge de l'album. L'Amérique est bien là, la folk et la country aussi. Southern Rain ou Hearts That Strain donnent la touche US au folk rock de Jake Bugg. Les relents british ne sont jamais bien loin. In The Event Of My Demise démontre le talent du petit jeune. À 23 ans, Jake Bugg sonne comme les Beatles. Il faut le faire.
Exemplaires
Aucun résumé n'est disponible.
Aucune critique n'est disponible.
Aucun lien n'est disponible.
Aucun extrait n'est disponible.
Commentaires

Recherches similaires