Musique classique arabo-andalouse / Mouloud Adel, chant, mandoline ; Nourreddine Aliane, oud, chant ; Rachid Azzoug, derbouka, tar... [et al.]

Adel, Mouloud, 1966-....
Titres
Musique classique arabo-andalouse / Mouloud Adel, chant, mandoline ; Nourreddine Aliane, oud, chant ; Rachid Azzoug, derbouka, tar... [et al.]
Description
1 disque compact (55 min 48 s) : DDD
Notes
Autres interprètes : Lakehal Belhaddad, quanoun ; Fouad Didi, violon, alto, chant ; Abdelkader Djellouli, tar, derbouka ; Zouhir Djemai, alto, violon, kwitra, chant ; Chadly Karamane, guitare
 
Premier CD au nom de l’artiste ’’Musique Classique arabo-andalouse’’ financé par la région PACA dans le cadre du conseil artistique à la création
 
Enregistrement : (France) Salon de Provence, Studio de l'IMFP, décembre 2001
Contenu
Inkitab zidane : ahaba qualbi dabyen tourki ; Improvisation instrumentale : solo kwitra et quanoun ; Dardj raml : quoum tara ; Inkitab zidane : arini makana el badri ; Insiraf raml 1 : ya chabih daya el hilal ; Insiraf raml 2 : yatadaradjou ; Khlass raml 1 : emchi ya rassoul ; Khlass zidane : ya kamil el maani ; Khlass raml 2 : hadi mina enouem ; Quadria zidane : ya marhaba ; Ishtikbar ghrib : ghrib ou mazalt ghrib ; Hawzi : abkai besslama ; Khlass arak : rit el hilal
Inf. locale
Né à Alger, en 1966, le jeune Mouloud s’installe avec ses parents à Cherchell, cité de culture et de tradition musicale andalouse dans le nord-ouest algérien. Il découvre alors la musique arabo-andalouse dans le cadre de l’association culturelle et musicale Errachidia. Il commence son apprentissage à 10 ans. Très vite, son instrument privilégié est la mandoline, sans délaisser pour autant le violon, le luth et la derbouka. Il s’adonne à la pratique de la musique andalouse sous la direction de son maître, le cheikh Smaïl Hakem. 1984 marque son arrivée en France, il termine ses études et décroche un doctorat en génie électrique. Et il fonde à Nancy l’association El Andaloussia au sein de laquelle il développe un atelier d’apprentissage musical. En 1994, il est nommé à Marseille en qualité de Maître de conférences en informatique industrielle à l’Université de St-Jérôme. Son métier d’enseignant-chercheur est en harmonie avec sa passion, « les deux se complètent. A l’université, j’ai un travail structuré, académique. La musique, c’est ma soupape, je m’évade un peu, je me fais plaisir ».
Exemplaires
Aucun résumé n'est disponible.
Aucune critique n'est disponible.
Aucun lien n'est disponible.
Aucun extrait n'est disponible.
Commentaires

Recherches similaires